03.
03.
2012

49

Strasbourg Kangourous

Strasbourg Kangourous

138

Paris Cockerels

Paris Cockerels

RÉSUMÉ DU MATCH :

Alors que les parisiens sont descendus en Alsace en sous effectif, ils ont pu maitriser le sol strasbourgeois sur le score de 138 à 49.

Les Cockerels ont envahi l'espace dès les premières minutes et ont creusé l'écart dès le premier quart temps.

Les Strasbourgeois ont été vaillant mais ils n'ont pas remonté le score dans le deuxième quart temps. Au troisième et quatrième quart temps, ils ont été vaincu par les Cockerels.

Rapport de François, Capitaine de l'équipe des Cockerels

Samedi 3 Mars 2012, le réveil sonne exceptionnellement à 5h du matin pour nous. En effet, un match dans notre sport, ça n’arrive pas encore assez souvent, et celui-ci se joue aujourd’hui à Strasbourg, alors nous avons décidé avec plusieurs joueurs de faire la route en voiture, et c’est donc pourquoi, il faut bien l’avouer, le réveil fait mal…

 

Cependant, ce match est particulier pour nous cette fois-ci, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, le dernier déplacement à Bordeaux ne s’est pas forcément bien terminé, et avec une défaite au tableau, nous nous devons de réagir. La trêve, elle aussi, a été longue, et nous avons pu apprécier le fait d’avoir un terrain synthétique lors des températures négatives de cet hiver, mais par contre, notre infirmerie affiche un bon nombre d’éclopés : Julien notre ruckman et forward doit soigner ses ligaments croisés, Jérôme pour sa part présente encore une cheville douloureuse, Jacques est lui par contre absent pour déplacement, Clément ne sera pas non plus du voyage… Sans oublier que l’effectif à tourné : Matt notre buteur fou est reparti en Australie, ainsi que Phil, lui après 2 ans de bons et loyaux services. Une équipe chamboulée, défaite lors du dernier match, jouant à l’extérieur, et aussi marquée par le traumatisme du dernier voyage dans cette même ville de Strasbourg, l’année précédente, où la défaite fut là aussi lourde, en points et en conséquences : cette rencontre est donc LA rencontre piège de la saison.

 

Arrivés aux alentours de 11h30 sur Strasbourg, les joueurs sont déjà dans le match, concentrés et prêts à jouer, malgré les heures de routes et le prompt réveil de ce matin. L’échauffement est coordonné et l’équipe se met progressivement en place. Il ne faut pas oublier que pour certains, c’est le premier match officiel cette année : Amine et Antoine sont venus en renfort pour combler les départs et les blessures, cette équipe doit donc trouver un équilibre assez rapidement pour éviter le faux pas qui ferait chuter de nouveau, et condamnerait la saison pour de bon.

Sur la feuille de match, on retrouve donc Nick, Nico « pastis », Clément D, Mickael, Andrew, Cameron, Adrien, Jérôme L, Antoine, Amine, Jeff, Sébastien, Maxence, moi-même et Wilfried qui fait son grand retour à la compétition avec nous après plusieurs mois passés en Australie.

Dans les « tribunes », nous avons l’honneur d’accueillir les parents de Wilfried, ainsi qu’Audrey, alsacienne et handballeuse de haut vol que nous avions rencontrée l’an dernier lors de notre promotion sur le parvis de l’Hôtel de ville, qui a fait spécialement le voyage pour venir assister à notre match, et qui a gentiment pris les clichés de cette rencontre, épaulée par son ami Romain. Comme quoi, même loin de chez nous, nous commençons à être connus et soutenus, et ça fait vraiment plaisir !

 

14h00, le match débute, et les parisiens montrent immédiatement détermination et rigueur. Au ruck, Adrien réussit la plupart de ses interventions et nous permet de mettre la main sur le ballon plus souvent. Le jeu est fluide de notre côté, mais en face, Jo cause comme à son habitude de gros problèmes à nos défenseurs de par sa grande mobilité. Les défenseurs Nico et Clément tentent un maximum de verrouiller les appels et de perturber les attaques adverses, et le combat pour le ballon se fait surtout au milieu du terrain. Andy et Mickael nous permettent alors de prendre le large dès le premier quart temps : Paris mène 34 à 7. Comme à notre habitude, les joueurs français manquent beaucoup leur cible, et un nombre incalculables de « behinds » viennent cependant noircir un peu le tableau.

Pendant le deuxième quart temps, Paris met plus facilement la main sur le ballon et les joueurs sont alors beaucoup plus efficaces au tir. Wilfried retrouve le chemin des buts, et Cameron lance très souvent les attaques depuis la réception des rucks sur Andrew et Mickael. Le score s’alourdit, et à la mi-temps le tableau affiche 79 à 14.

Cependant, Strasbourg n’a pas dit son dernier mot, et dès la reprise, repasse à l’attaque. Plus d’engagements, les strasbourgeois gagnent plus de ballons et marquent au total 22 points dans le 3ème quart temps, pendant que les parisiens eux, accusent un peu le coup. Le voyage a laissé des traces, c’est la loi de notre sport amateur. Le score à l’arrivée est de 107 à 36, Paris reste devant, mais les joueurs ont besoin de se ressaisir pour la fin du match : l’avance est confortable, mais tout peut aller très vite dans ce sport !

La réaction des parisiens ne se fait pas attendre, même si la précision des tirs n’est plus vraiment là, la domination du jeu est parisienne dans le dernier quart temps. La défense a joué son rôle correctement, et le combat pour le ballon a été cette fois remporté par l’équipe de la capitale. Le score final est de 138 à 49, nous pouvons alors souffler, l’accident de parcours a été évité et surtout, les nouveaux joueurs ont prouvé qu’ils avaient leur place dans l’équipe, les revenants qu’ils étaient toujours au niveau, et les anciens qu’ils étaient des leaders.

 

Paris repart de Strasbourg avec une victoire qui lui fait du bien, au moral comme au classement. Il reste toujours des choses à travailler, car le prochain match sera contre Bordeaux, adversaire direct pour le titre final, et de surcroit à domicile. Nous disons donc au revoir à une vaillante équipe de Strasbourg, diminuée elle aussi par des blessures, mais qui a combattu jusqu’au bout, et rentrons chez nous, fatigués de cette journée riche en rebondissements et en émotions. Merci encore à tous, les joueurs, les arbitres, l’équipe de Strasbourg qui nous a accueillis, les supporters présents sur place et les soutiens parisiens qui nous ont suivis à distance, et à très bientôt !

Rapport de Thomas, arbitre CNFA

Encore une désillusion pour les joueurs strasbourgeois qui ont été battus à plate couture par les Cockerels de Paris sur le score de 138 à 49 lors de la quatrième journée du championnat de France. Il faut dire que les choses ne se présentaient pas sous les meilleures auspices avec une défaite décevante face à Milan la semaine précédente. Dès l’entame de la rencontre, les Cockerels ont imposé leur supériorité en inscrivant un goal et 4 behinds avant que les Kangourous ne réagissent par un but d’Antoine Werner. Ce petit sursaut d’orgueil n’allait pas trouver suite puisque les Parisiens prenaient le large dans le premier quart en mettant 3 autres goals et en profitant de la désunion des Kangourous.

Le score était de 34 à 7 lorsque les équipes attaquaient le deuxième quart.Celui-ci allait assurer la victoire de l’équipe adverse puisque l’écart ne cessait de se creuser au profit des joueurs parisiens. Grâce à leur maîtrise collective et à l’adresse de leurs attaquants, les Cockerels atteignaient la mi-temps avec une avance de 65 points au compteur: 79-14. Les Strasbourgeois ont une fois de plus fait preuve de trop de précipitation cédant trop vite à la panique.

On pouvait craindre le pire pour les deux quart-temps suivants mais fort heureusement les Kangourous allaient montrer un visage un peu plus séduisant lors des 40 dernières minutes. Durant le troisième quart-temps, ils allaient quasiment faire jeu égal avec les visiteurs ne cédant que 6 points supplémentaires au tableau d’affichage (107-36). Ils continuèrent de malmener les Parisiens lors des 5 premières minutes du dernier quart avant de craquer à nouveau et de les laisser terminer en roue libre avec un score sans appel de 138 à 49 en faveur des tenants de la Coupe de France.

 

KANGOUROUS STRASBOURG  7.7.49
PARIS COCKERELS  19.24.138

Evolution du score: 

  • 1er quart: 1.1.7 / 4.10.34
  • 2ème quart: 2.2.14 / 11.13.79
  • 3ème quart: 5.6.36 / 15.17.107

Arbitre: Paul King

Les buteurs:


Pour Strasbourg: Alexandre Peuch 2.3 ; Joévin L'Hôtellier 2.3 ; Léo Holfert 2.0 ; Antoine Werner 1.0 ; Gaël Jouenne 0.1


Pour Paris: Andrew Senkans 6.2; Michael Jackson 4.1 ; Wilfried Houvion 3.4 ; Cameron Woods 2.2 ; Nick May 1.1 ; Nicolas Robert 1.0 ; Amine Ramdani 1.0 ; Sébastien Artus 1.0 ; Jean-François Bouron 0.2 ; Maxence Launais 0.1 + 9 tirs contrés.

STATS :

Jackson Michael

Goal4

Behind 1

Houvion Wilfried

Goal3

Behind 1

Woods Cameron

Goal2

Behind 2

May Nick

Goal1

Behind 1

Artus Sebastien

Goal1

Behind 0

Bouron Jean-françois

Goal0

Behind 2

Launais Maxence

Goal0

Behind 1

Spinetta Adrien

Goal0

Behind 0